samedi 8 novembre 2008

Patara

Ce matin, avant de partir, après avoir dormi douze heures, Gaston avait dit :
“J’ai bien regardé la carte. Ce serait fou d’aller jusqu’à Kas. Je m’arrêterai à Patara”.

C’est en effet de Patara qu’il vient d’appeler après une autre étape de 80 km qui l’a fatigué. C’était moins dur qu’hier pour le relief, mais il a eu le vent dans le nez.

Ce chemin en valait la peine. Après voir trouvé une petite pension (comme d’habitude pas celle du guide qui est fermée), il s’est dépêché d’aller se baigner à la plage. Bien lui en a pris. Cette grande plage sauvage de sable blanc-gris est l’une des plus belles du monde. C’est la seule de cette côte où la marée se fait sentir.

Le bain de mer, comme hier, l’a reconstitué.
Après voir vu les photos, on le comprend!
(Voir ci-dessous les sites internet.)

Cette plage est jumelée à un riche site archéologique.
Elle est en Lycie, le pays des loups.

Pas des mammifères carnivores, mais des loups de mer, les Lyciens, des marins farouches guerriers de l’Égée, 8 siècles avant notre ère.
Ensuite une série de conquérants se sont installés sur la place. Mais les Lyciens, qui attachaient beaucoup d’importance à l’au-delà, ont laissé des tombeaux monumentaux, notamment sur un site proche de Patara et qui est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Patara est très bien équipé pour les visiteurs et quelques pensions et hôtels demeurent ouverts hors saison. Heureusement pour Gaston qui apprend quelques mots de turc. Ce n’est pas facile. Il sait dire “bonjour”, “bonsoir” et l’indispensable “salut” : meraba.

Il est très content de sa forme. Le corps tient bien.
Il n’y a pas d’ennuis mécaniques.
Ça ne peut pas aller mieux.
Il a un appétit de loup : “c’est fou ce que je peux ingurgiter le soir !”
Outre les brochettes et le shish kebab, le poisson est très bon et la bière aussi.

Ses cheveux blancs lui valent le respect de tous et lorsqu’on le questionne sur son âge, le respect est décuplé !

L’autre jour, les petites filles (14-15 ans) de l’école d’hôtellerie lui ont demandé (en anglais) s’il avait des enfants. Quand il a répondu qu’il avait trois petites-filles, elles étaient toute contentes!

À voir pour la Lycie et les images de la plage de Patara.

Il paraît que Santa Klaus est né à Patara.

1 commentaire:

Michel-Louis a dit…

cher Gaston,
Quelques mots sur Saint Nicolas (le "Saint Martin " des grecs [comme notre saint Martin, saint Nicolas n'a rien écrit mais il est extrêmement populaire] Nicolas est né en effet à Patara, mais il a été évêque de Myre, ce n'est sans doute pas très loin. Cette ville possède de magnifiques ruines antiques .. Les Américains en ont fait santa Klaus on se demande bien par quels détours bizarres ils le font habiter au pole nord ??